mercredi 2 novembre 2016

Le Goût de vivre

"Pour la toute première fois, Hans et Félicia se regardent vraiment dans les yeux. Hans, de son air empreint de tristesse, Félicia, de son œil qui transperce toutes les voiles et toutes les façades. Ils se contemplent pendant plusieurs minutes et Hans aimerait qu'elle voie ce qu'il a dans son cœur, qu'elle le voie réellement."


Auteur : Steven Uhly
Titre VO : Glückskind
Traduction : Virginie Pironin
Edition : Presses de la Cité
Genre : Contemporain
Date de parution : 13 octobre 2016
Nombre de pages : 300
Prix : 22 €
Prix Kindle : 14,99 €


4e de couverture

Depuis que sa femme l'a quitté, emmenant avec elle leurs deux enfants, Hans n'a plus goût à rien. Il vit seul, sans travail ni projets. Un jour, contraint de descendre les sacs-poubelle accumulés dans un appartement, il découvre, abandonné dans l'un des containers, un bébé. Frétillant, bien vivant. Hans le prend et l'emmène chez lui...
Grâce à Félicia, il va réapprendre à vivre et à s'ouvrir aux autres, à commencer par ses voisins, M. Wenzel, qui tient le tabac du coin, et les Tarsi. Mais il ne peut ignorer plus longtemps la réalité qui les rattrape : Félicia est recherchée par la police. Pire encore, sa mère est accusée de meurtre.


Mon Avis


Regardez cette couverture... N'est-elle pas sublime ? N'a-t-elle pas quelques accents japonisants ? Je ne pouvais pas faire autrement que de le solliciter auprès des éditions Presses de la Cité, que je remercie pour cet envoi.

Bon, la couverture n'est pas la seule raison je l'avoue. Un bébé retrouvé dans un container à ordures par un homme qui a presque toutes les caractéristiques d'un SDF, voilà une intrigue qui a attisé ma curiosité.

Nous suivons ici Hans, 59 ans, divorcé depuis 19 ans, seul, sans travail, ne vivant que d'allocations, locataire d'un appartement sale et en plein désordre. Il se laisse vivre parmi ses détritus, erre sans but, sans aucune motivation. Il fuit ses voisins, honteux de sa situation. Alors qu'il était sur le point de déposer un gros sac-poubelle dans le container à ordures, Hans découvre un bébé de trois mois à l'intérieur. D'une façon tout à fait naturelle, instinctive, Hans prend le bébé sous son aile.

Depuis ce jour, il est pris d'affection pour le bébé, qu'il nomme Félicia. Grâce à elle, tout va changer pour Hans. Il reprend sa vie en main pour elle, remet son appartement à neuf, change d'apparence. Une deuxième vie, en somme.
Mais ce n'est pas tout. Hans, toujours seul depuis son divorce, trouve des soutiens solides comme M. Wenzel, le gérant du tabac d'en face, et les Tarsi, ses voisins d'origine iranienne.

Félicia va également remettre en question le passé de Hans. Il va faire une rétrospection de sa vie pour réaliser à quel point il s'est montré dur avec eux. Il va reconnaître ses erreurs, et il va devoir trouver un moyen d'avancer.
Néanmoins, l'histoire de la mère de Félicia est relatée dans les journaux tous les jours. Sa mère l'a laissée dans le container à ordures parce que son mari la menaçait de la quitter. Elle est accusée de meurtre. Puis, Hans pense aussi aux véritables grands-parents de l'enfant, peut-il se permettre de prendre ainsi leur place ?
Que va décider Hans ? Rendre Félicia à son père ? La garder avec lui ?

Ce roman est un excellent roman feel good, qui mêle avec brio humour, émotion et réflexion. L'humour, avec Hans qui se parle souvent à lui-même, ce qui donne des situations plutôt cocasses ; l'émotion, avec ce lien si particulier qui unit Hans et Félicia. Cet amour se sent à travers les regards qu'ils s'échangent ; enfin, une réflexion sur le bonheur, sur le désespoir, sur l'amitié.
L'auteur a voulu également montrer l'importance de s'ouvrir aux autres, de s'entraider, de ne pas juger sans connaître. Bref, que de belles valeurs !

Enfin, la plume de l'auteur est agréable, avec des accents poétiques. Autre particularité : il n'y a aucun chapitre, mais cela ne m'a pas gênée. Je me suis laissée transporter par cette très jolie histoire.

En conclusion, Le Goût de vivre est un excellent roman feel good, très touchant, agréable à lire. Ce lien d'amour entre un homme "en voie de clochardisation" et un bébé est émouvant. Ce qui m'a le plus touchée, ce sont les profonds regards échangés entre ces deux personnages. Ce livre est une ode à l'amour et à l'amitié, alliant humour, émotion et réflexion sur le bonheur, sur l'ouverture aux autres, sur la capacité d'avancer dans la vie. Une jolie histoire, que je vous invite à lire tranquillement durant ces belles soirées d'automne.

Ma note : 16/20


NB : Ce roman a fait l'objet d'une adaptation télé de Michael Verhoeven, Le Bébé et le clochard, qui a été diffusé sur Arte en 2014. Dès qu'il repassera à la télé, je ne manquerai pas de le regarder ^^


A bientôt pour une prochaine chronique ^^





2 commentaires:

  1. Malgré que ce soit une lecture feel-good, tu me donnes vraiment envie car je dois dire que le résumé est accrocheur et ton avis donne envie de s'y plonger ! Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille, ce roman m'a beaucoup touchée :)

      Supprimer