mardi 27 juin 2017

Jamais plus

"Juste parce que quelqu’un vous blesse cela ne veut pas dire que vous pouvez simplement arrêter de l’aimer.
Ce ne sont pas les actes d’une personne qui blessent le plus. C’est l’amour. S’il n’y avait pas d’amour rattaché à l’acte, la peine serait un peu plus simple à supporter."


Auteur : Colleen Hoover
Titre VO : It ends with us
Traducteur : Pauline Vidal
Editeur : Hugo Roman
Collection : New Romance
Date de parution : 11 mai 2017
Nombre de pages : 407
Prix : 17 €
Prix format Kindle : 9,99 €


Présentation de l'éditeur

Ce sont ceux que nous aimons qui peuvent nous faire le plus de mal.

Lily Blossom Bloom n'a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu'elle trouve soumise, mais elle a su s'en sortir dans la vie et est à l'aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Ryle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu'elle l'est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n'est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu'elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ?
Le chemin d'une jeune femme pour se trouver et pour rompre le cycle de la violence.
Est-ce que l'amour peut tout excuser ?

Mon Avis

Nan mais comment résister à une couverture aussi magnifique que celle-ci, qui sublime ma couleur préférée ? Mais si j'ai craqué, ce n'est pas uniquement pour cette raison. Je voulais absolument découvrir la plume de Colleen Hoover, l'incontournable auteure américaine de la New Romance. Maybe someday, Confess, Ugly love, Loosing Hope, Hopeless, Never Never... tant de titres qui ont fait pleuvoir les coups de cœur de milliers de blogueuses. Alors, moi qui ne lis que très rarement de la romance, qu'ai-je pensé de l'univers de Colleen Hoover ?


Tout d'abord, ça commençait plutôt mal pour moi : un long dialogue interminable entre Lily, l'héroïne déprimée, et Ryle, le neuro-chirurgien en colère. Il y a bien entendu un jeu de séduction qui s'installe entre eux. Mais je n'ai pas compris pourquoi il était si long et je me suis ennuyée dès les premières pages.

Le récit alterne moment présent et instants passés avec notamment des extraits du journal intime de Lily dans lequel elle se confie par écrit à Ellen DeGeneres, la célèbre animatrice et humoriste américaine. Elle se souvient de ce jeune homme abandonné par sa famille qu'elle avait tant aimé. Ce couple formé par Lily et Atlas m'a beaucoup touchée. C'est si rare qu'il faut le souligner.

J'ai ensuite été agréablement surprise par ce que nous a réservé l'auteure. Elle touche dans ce roman un sujet très délicat, très sensible, celui de la violence conjugale. Elle l'aborde avec justesse, explore les sentiments ambigus de l'héroïne, entre amour et haine. J'ai trouvé que cette idée de la part de l'auteure était vraiment excellente d'autant plus qu'elle est exposée aux adolescents ou aux jeunes adultes. Elle met en lumière certains points obscurs de cette relation si particulière entre haine et amour. Elle tente de répondre par exemple à cette question que beaucoup se pose : pourquoi Lily n'est-elle pas partie tout de suite ? Colleen Hoover y répond avec une certaine émotion dans ses remerciements (cette partie est absolument à ne pas manquer !).

Petites choses négatives cependant, le personnage de la meilleure amie de Lily, très cliché, et pas très utile au final. Mais comment voulez-vous vous passer du fameux personnage de la meilleure amie ? Impossible...

Le style de Colleen Hoover est surprenant car très moderne, mature, fluide et addictif. Elle a même réussi à me bouleverser, notamment grâce aux scènes violentes. Elle sait nous poser les bonnes questions, sans pour autant nous donner la réponse directement.

En bref, Jamais plus est une agréable surprise, une lecture pleine d'émotions. Ce roman juste nous ouvre les yeux sur le thème délicat de la violence conjugale. Il nous pose les bonnes questions. Malgré quelques clichés, cette romance est une bonne surprise et le style de Colleen Hoover m'a convaincue. Je lirai un autre de ses titres. 


A bientôt pour une prochaine chronique ^^


lundi 26 juin 2017

C'est Lundi, que lisez-vous ? #51

C'est l'heure du célèbre rendez-vous "C'est lundi, que lisez-vous ?", inspiré de It's Monday, What are you reading ?, repris par Galleane. Le récapitulatif des liens se fait sur son blog.


Chaque lundi, on répond à trois questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?


La semaine dernière, j'ai lu :


Je n'ai toujours pas fini ma lecture en cours...


En ce moment, je lis :

Après Les Délices de Tokyo, porté à l'écran par Naomi Kawase, Durian Sukegawa signe un second roman tout aussi poétique, lumineux et original. Le jeune Ryôsuke manque de confiance en lui, un mal-être qui puise son origine dans la mort prématurée de son père. Après une tentative de suicide, il part sur ses traces et s'installe sur l'île où celui-ci a passé ses dernières années. Une île réputée pour ses chèvres sauvages où il va tenter de réaliser le rêve paternel : confectionner du fromage. Mais son projet se heurte aux tabous locaux et suscite la colère des habitants de l'île... Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour réaliser nos désirs ? A travers les épreuves de Ryôsuke, Durian Sukegawa évoque la difficulté à trouver sa voie, soulignant le prix de la vie, humaine comme animale.






Ma prochaine lecture :



Articles publiés la semaine dernière :


Bla Bla My Life :

Pourquoi n'ai-je pas terminé ma lecture en cours, qui ne fait pourtant que 320 pages ?... La canicule de la semaine dernière et la fatigue accumulée ont eu raison de moi les soirs de semaine... Je ne peux pas lire lorsqu'il fait 30 degrés :/
Et ce week-end était chargé. Au programme : mariage le samedi et fête de l'école le dimanche... Bref, une semaine peu réjouissante côté lecture ! Désolée pour ce C'est Lundi bien maigre. Si la canicule ne se repointe pas cette semaine, je devrais reprendre mon rythme habituel.


Je vous souhaite une excellente semaine et de très belles lectures.

A bientôt pour une prochaine chronique ^^




dimanche 25 juin 2017

In My Mailbox #35

In My Mailbox est un rendez-vous hebdomadaire qui a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C'est le blog Lire ou Mourir qui s'occupe de la gestion du IMM français.


Mes achats




SP Comité de lecture Cultura


  • Nitro Mountain, de Lee Clay Johnson, Fayard, sortie le 30 août 2017.
  • Le Camp des autres, de Thomas Vinau, Alma Editeur, sortie le 24 août 2017.
  • Le Nègre violet, d'Alexandre Vertinski, Louison éditions, sortie le 19 octobre 2017.
  • Aristonomia, de Boris Akounine-Tchkhartichvili, Louison éditions, sortie le 21 septembre 2017.
Et ce n'est pas fini puisqu'un nouveau colis arrivera demain ! ^^


Un SP


Les Editions de l'Observatoire (qui vont publier l'excellent Ces Rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer le 23 août prochain) m'ont gentiment envoyé un autre de leurs titres de la rentrée littéraire, L'Absente de Noël, de Karine Silla.
Un grand merci à eux !



Je vous souhaite un très bon dimanche plein de belles lectures !

A demain ^^






vendredi 23 juin 2017

Je te hais... passionnément

"— Tu t'es bien amusée ?
Avec combien de garçons es-tu sortie ?
— Soixante-dix, au bas mot.
— Et combien de shots tu as bu ?
— Quatorze. Du coup, j'ai laissé le volant à Jésus pendant un petit moment pour qu'il conduise à ma place.
Maman me tapote la tête en riant.
— Je suis contente que tu te sois amusée."


Auteur : Sara Wolf
Titre VO : Love me never
Traducteur : Alexandra Maillard
Editeur : PKJ
Genre : Romance YA
Date de parution : 18 mai 2017
Nombre de pages : 352
Prix : 16,90 €
Prix au format Kindle : 11,99 €


Présentation de l'éditeur


RÈGLE NUMÉRO 1 :
Ne jamais parler d'amour
RÈGLE NUMÉRO 2 :
Ne jamais penser à l'amour
RÈGLE NUMÉRO 3 :
Éviter tout sentiment

Isis Blake, 17 ans, a un objectif : ne JAMAIS retomber amoureuse. Alors qu'elle tente de s'intégrer dans son nouveau lycée, elle tient à ce que personne n'apprenne qu'avant elle était obèse... et qu'elle avait un coeur. Mais, au lieu de se faire discrète, Isis colle son poing dans la figure de Jack Hunter, celui qu'on surnomme " le Prince de Glace ". Dès lors les couloirs du lycée deviennent un champ de bataille. Leur guerre sera sans merci...

Mon Avis

Moi, lire de la romance Young-adult ? Oui. Tout est possible. Après avoir lu le sublime mais obscur Seul le silence, il me fallait quelque chose de léger à lire. Du divertissement, sans prise de tête et drôle.
Je te hais... passionnément sortait comme par hasard à ce moment-là. Les arguments de Pauline Mardoc, la directrice de collection de PKJ15+, sur Twitter, ont fait mouche : des répliques cinglantes, une romance pas ordinaire, drôle et émouvante à la fois. Et faible comme je suis, je me suis laissée tenter par la version Kindle.

Isis, 17 ans, fait une belle entrée en matière alors qu'elle intègre un nouveau lycée... En effet, lors d'une fête, elle colle son poing dans la figure de Jack Hunter, un lycéen étrange et taciturne, au regard glacial, que l'on nomme à juste titre "Le Prince de Glace". La façon dont il a parlé à sa nouvelle amie, Kayla, la mise hors d'elle. Bientôt, à coups de rumeurs qui circulent dans les couloirs du lycée, les deux personnages en viennent à se haïr. Et tous les coups bas sont permis.

Ce que j'ai apprécié, ce sont les répliques cinglantes, les manigances, les plans machiavéliques des deux personnages pour faire tomber l'autre. J'ai adoré l'originalité de l'intrigue, notamment ces deux personnages qui se détestent. L'un et l'autre souffrent chacun de leur côté, mais ils essaient de dissimuler leurs faiblesses, leurs secrets à tout prix. Par exemple, Isis, après un gros chagrin d'amour, s'est juré de ne plus jamais aimer.
Ce qui est appréciable également, c'est qu'on ne tombe pas rapidement dans la romance, on en observe plutôt les prémisses, et c'est pas plus mal.

Nous sommes dans un décor de lycée américain, et on n'échappe donc pas à quelques clichés : la meilleure amie un peu tarte, la peste populaire, les fêtes gigantesques alcoolisées. Cependant, je n'ai pas été gênée plus que ça. Je me suis laissée emporter par la lecture, dans cet univers qu'on connaît bien. Je me suis sentie parfaitement à l'aise. 

A côté de l'humour, il y a aussi de l'émotion. Des thèmes sensibles sont abordés : la violence conjugale, la dépression...

Côté personnages, j'ai préféré de loin le mystérieux Jack à l'agaçante Isis. Néanmoins, Isis s'est forgé une carapace et son caractère dur et insolent, même s'ils sont compréhensibles vis à vis de son passé, reste tout de même parfois agaçant.

En bref, Je te hais... passionnément a été un excellent moment de lecture, drôle, sans prise de tête. C'est une romance classique par son décor de lycée américain, mais original par son intrigue : cette haine qu'entretiennent les deux personnages est un pur délice. Répliques cinglantes, plans machiavéliques, secrets dévoilés, un cliffhanger qui nous laisse stupéfait, cette romance réserve de très bonnes surprises. Vivement le 2e tome... qui sortira au mois de novembre... (pourquoi tant de haine ?!).




A bientôt pour une prochaine chronique ^^













jeudi 22 juin 2017

Throwback Thursday livresque #35

Le Throwback Thursday livresque est un nouveau rendez-vous inspiré du "Throwback Thursday" d'Instagram, et créé par le blog BettieRose Books.
Le principe est simple : on partage chaque jeudi une lecture qui correspond à un thème donné.
Le récapitulatif des liens se trouve sur le blog de BettieRose Books.

Le thème de cette semaine est :



Summer Party



S'il y a un livre qui m'a forcément fait penser à l'été, c'est bien ce roman. Sa couverture respire l'été, la piscine, les séances de bronzage, tout ça avec un joli accent vintage. Allez, c'était facile... Il s'agit de :


Lily, tenue par le charme discret de la timidité, et Budgie, débordante de cran et d'assurance, sont amies depuis l'enfance. Si différentes mais inséparables, elles traversent avec insouciance les années fac dans la bonne société new-yorkaise.
Jusqu'à l'hiver 1931 où elles se perdent de vue.
Quand Budgie réapparaît, sept ans plus tard, c'est à Seaview au bras fier de son mari Nick Greenwald, celui que Lily a tant aimé, celui pour qui le coup de foudre avait été immédiat. Entre silences, accrocs et gênes, des liens vont alors se nouer, se renouer, des langues se délier révélant les trahisons, faisant émerger secrets enfouis et vérités nécessaires.
Alors qu'au large menace la tempête...



La conclusion de ma chronique était celle-ci : "L'Eté du cyclone est un roman passionnant par son intrigue qui se déroule dans les années 30, par sa romance attachante, par ses secrets de famille inattendus. Il se lit facilement et rapidement, malgré ses 480 pages. Néanmoins, j'ai été un petit peu déçue par la fin, notamment par la romance qui s'est muée en romance-mièvre-digne-d'un-téléfilm-de-l'après-midi-sur-M6 et par la réaction étrange d'un Nick, que je n'ai pas reconnu. Cependant, cela reste un roman agréable à lire, il est parfait pour l'été."



J'espère que ce petit aperçu vous aura donné envie de vous plonger dans ce roman estival.

A bientôt pour une prochaine chronique ^^